découvrez comment valentina giacobbe et julien ingaud-jaubert ont métamorphosé le restaurant ginko en un lieu emblématique de la gastronomie.

Comment Valentina Giacobbe et Julien Ingaud-Jaubert ont transformé le restaurant Ginko en temple de la gastronomie ?

Au coeur de l’effervescence gastronomique, Valentina Giacobbe et Julien Ingaud-Jaubert ont métamorphosé le restaurant Ginko en un temple de la cuisine d’exception. Leur collaboration fusionne créativité et passion pour offrir une expérience culinaire inoubliable. Venez découvrir comment ces deux talentueux chefs ont su redéfinir les codes de la gastronomie et enchanter les papilles des gourmets les plus exigeants.

Une rencontre décisive et un projet commun

découvrez l'incroyable transformation du restaurant ginko par valentina giacobbe et julien ingaud-jaubert, l'ascension spectaculaire d'un lieu de restauration en un temple incontournable de la gastronomie.

À 31 ans, Valentina Giacobbe, cheffe cuisinière, et Julien Ingaud-Jaubert, chef pâtissier, ont ouvert leur première adresse au cœur de Lille. Le couple s’est rencontré au Gaya de Pierre Gagnaire, où ils ont développé une complicité professionnelle et personnelle qui allait les mener vers un projet commun : Ginko.

Un cadre propice à la convivialité

La large baie vitrée du restaurant offre une vue imprenable sur la belle église Saint-Eustache. Cette ouverture sur l’extérieur permet de créer une atmosphère légère et invitante, idéale pour des repas agréables en compagnie d’amis ou en tête-à-tête. Valentina et Julien ont souhaité que l’ambiance soit à la fois conviviale et intime, reflétant leur amour pour la «simple sophistication».

Une carte innovante et locale

À la carte, l’innovation est de mise avec des cocktails sans alcool qui accompagnent parfaitement les plats. Ces boissons, comme le rafraîchissant mélange à base de betterave et kombucha de thé blanc, sont pensées pour sublimer les saveurs sans les dominer.
Les bières locales ont également une place de choix, souvent préférées au vin par les habitués du lieu. Ce choix témoigne de l’attachement des deux chefs à la vie locale et à la culture gastronomique de la région.

LIRE  Comment préparer un délicieux pain bûcheron ?

Un service attentif et chaleureux

L’accueil est un élément central chez Ginko. Le service se distingue par son sourire et son attention constante. Les habitués se sentent ici comme chez eux, échangeant volontiers avec la cheffe de salle et les autres membres de l’équipe.

Plats signatures et engagement environnemental

Le menu de Ginko célèbre la simplicité et l’authenticité. Le cabillaud, par exemple, est servi sans fard : un beau morceau accompagne de quelques légumes de saison et d’une sauce XO revisitée par Valentina. Cette sauce, inspirée de l’enfance de la cheffe en Asie, est préparée sans porc mais avec des Saint-Jacques, de l’ail et des échalotes. Le résultat est un plat à la fois complexe et parfaitement équilibré.
Une mention spéciale est attribuée au beurre maison, réalisé avec des parures de légumes, un choix qui reflète l’engagement du couple en faveur de la réduction des déchets alimentaires et de la sublimation du végétal.

Des desserts raffinés

Julien Ingaud-Jaubert, chef pâtissier, ne manque pas d’étonner avec ses créations délicates. L’un des desserts phares est une madeleine accompagnée d’un sorbet au miel, enrobée d’une mousse de lait, qui charme par sa simplicité et son raffinement.

Une expérience gustative complète

En fin de repas, les infusions proposées clôturent l’expérience culinaire de manière originale et gourmande. Le sarrasin grillé, en concoction, laisse une note finale inoubliable. Ce couple de chefs passionnés n’a pas fini de nous surprendre et de faire parler d’eux.

Informations pratiques

Menu 4 temps (classique ou végétal) à 65 euros, 6 temps à 85 euros. Déjeuner (entrée, plat, dessert) à 40 euros.

LIRE  Comment cette ambassadrice de la cuisine a-t-elle trouvé une solution innovante pour surmonter sa perte de revenus ?

Ginko, 70, rue de l’Hôpital-Militaire, 59 800 Lille. Tél. : 03 20 77 64 03.

Source: www.lejdd.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *